• A LIRE OU PAS ?

    L'antépénultième propriétaire de mon pavillon ne se distinguait pas par son bon goût pour la décoration (vu les plafonds lambrissés et la moquette tant dans l'escalier que sur les murs,que son successeur ,par goût ou par paresse, ne changea pas.Je le soupçonne d'avoir servi dans la "royale" où quasiment tous les postes d'équipage sont habillés  de ce facile camouflage).Mais ô miracle ,il avait ,sur le palier,accroché une bibliothèque digne de ce nom.Mes bouquins y trouvèrent donc un refuge inespéré.Du petit polar de série noire au dictionnaire étymologique en passant pas le si utile "Littré",les romans courts et bien enlevés,les pavés historiques ,les récits,les témoignages et autant que faire se peut les recueils de poésie.Vive le changement!Je m'atellais  donc à la tâche.Rafraîchissement de l'escalier et de sa cage,donc dépose de cette bibliothèque avec ses précieux locataires.Du jaune pâle au blanc éclatant ,le choix fut sans nuance.En cascade, avec  mon enthousiasme coutumier pour ce genre d'exercice je badigeonnais  donc les bien trop hauts murs ...Sans oublier le plafond lui aussi lambrissé .Puis n'écoutant que mon courage je me lançais dans le ponçage intensif du palier supérieur,puis l'escalier de bois rouge et le second palier intercalé.Pour accrocher de nouveau le rayonnage je dus non seulement faire preuve d'équilibre et de perspicacité pour ne pas érafler ma réussite picturale,mais me persuader que quelque part j'étais né de la cuisse d'Hercule.Eh bien il semblerait que ce meuble se trouvât bien à sa place car il ne contraria pas mes efforts.Je le scellais donc et nous repartîmes sous de nouvelles couleurs,lui gris satiné et moi écarlate, pour des aventures plus livresques .Il faut donner du temps au temps ...Aussi deux mois sont passés et me voilà devant un tas de bouquins en bataille sur le plancher d'une petite chambre elle aussi à rénover.Quelques "Gallimard" dont "Belle du Seigneur",un chef d'œuvre paraît-il,un fort beau cadeau que j'avais sagement inséré,pour ne pas dire enterré,bien qu'étant sûr de l'exhumer un jour,dans le tronc commun,des livres de poche comme "vingt-quatre heures dans la vie d'une femme"(sauvé de l'incinération) menus d'apparence,mais qui donnent, à la lecture toute leur dimension.

    Je ne vais pas jouer les idéalistes,garder ce qu'il faudrait lire...Le choix ne sera pas non plus cornélien."La nuit du chasseur";je garde .Je me souviens de la réflexion de Robert Mitchum au sujet de son rôle dans le film éponyme."Il s'agit d'un de vos meilleurs rôles "lui disait la journaliste ."Oui répondait-il c'était une interprétation difficile .Il faut dire que le scénario était tiré d'un livre médiocre..." J'aime l'histoire,j'aime beaucoup l'histoire mais je vire sans vergogne :"La louve et le sanglier","Le maître des steppes" et quelques autres demi millénaires en pages.J'extrais un roman de guerre complètement inconnu ,du moins je le croyais ,car en lisant au verso de la couverture je découvre qu'il fut aux USA ,dans les années 51-52 un best-seller obtenant le prix Pulitzer.Ainsi donc cet"Ouragan sur DMS Caine "allait sombrer dans un océan de déchets voué à l'incinérateur du Spernot .Voilà ,j'ai retrouvé un talent oublié,sauveteur de chefs d'œuvre en péril .Tant pis pour "L'étranger",sorti quelques années plus tôt avec "Les dix mille marches"(que je conserve ,sur quels critères ...?)d'un cageot poussiéreux destiné à la benne à ordure .Je m'en veux ,livrer tous ces volumes au néant ...Tant de nuits ,tant d'évasion,tant d'exaltation,l'objet lui-même tenu jusqu'à plus soif .Ah j'oubliais ce livre minuscule ,presque un livret :"Le vieux qui lisait des romans d'amour".Alors que j'étais en mission à Cherbourg,un soir j'entrais dans une librairie "France loisirs"."L'étudiant étranger" trônait en tête de gondole et bien que je n'aime pas plus que çà les romans primés ceints d'un bandeau rouge,je me laissais tenter par ce "prix interallié" (je l'ai lu plus tard).Je vais pour payer,la caissière me demande :"vous avez la carte?"

    -"Euh oui ".

    -"Non la carte France loisirs."Je sorti donc les mains vides .Une petite librairie indépendante fit mon bonheur.Nous échangeâmes le libraire et moi ,comme je ne l'aurais pas fait chez le franchisé.Il me suggéra avec l'enthousiasme que peut et devrait  avoir tout  libraire digne de ce nom,le petit bijou en question .Et dire qu'il servit de cale à mon poste de télé.Quelle indignité !Prêté à ma belle-mère,je le retrouvai par le plus pur des hasards sous une pile de bouquins eux aussi abandonnés sur un vieux canapé sentant le pipi de chat.Mon cœur ne fit qu'un tour.Il a sa place dans ma bibliothèque;je l'ai rangé avec les verts(tranches),enfin je crois...Oui j'ai classé tous ces rescapés par couleur;en dégradé rouge,orange jaune ,vert,bleu,mauve et blanc, thèmes indifférenciés.D'autres plus obscurs ou plus rébarbatifs ont connu le châtiment suprême.Entassés dans des sacs de supermarché (une dizaine),je les ai jetés comme de vulgaires déchets dans la benne "incinérables" .

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :