• Bismuth;le remède pire que le mal .

    Le voilà en librairie, deux cent soixante pages en cent vingt mille exemplaires pour se refaire une virginité.Faut-il être naïf ou prétentieux ?Pêché avoué à moitié pardonné selon un dicton populaire.Mais doit-on s'excuser d'avoir mauvais goût,doit-on s'excuser d'avoir été soi-même,doit-on se renier devant le plus grand tribunal qui soit ?Abjurer les promesses faites à ses vassaux selon que les sondages s'apparentent plus à une coloscopie et l'exposent donc à certains désagréments . Si ce n'était les nuisances plus que sonores, qui seules ont donné de la couleur à son feuilleton populaire,ce mendiant nous tendant la sébile,avec son air de chien battu nous attendrirait presque.Mr Bismuth par ses remèdes me rappelle le médicament du même nom(bismuth) ingéré dans mon enfance et dont l'efficacité me conduisit à une hospitalisation d'urgence .Son évidente aigreur le pousse à rechercher une illusoire poudre de perlimpinpin .N'a t-il donc jamais mis les pieds dans la gadoue qu'il ne sache la gesticulation propice à l'enlisement ?Cent soixante mille pavés dans le marigot n'éclaireront jamais une situation dont il a lui-même contribué à l'insolubilité .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :