• Hochet .

    En ce beau matin d'or, non sans zèle un corbeau,

    Sombre toréador, t'épingle à son tableau .

    Toi le merle moqueur ,siffleur indigène,

    Il te fallut souvent hisser le verbe haut,

    Contenir essoufflé l'escadrille allogène,

    Résister bec et ongles aux raids des gerfauts

    Quand d'autres, à la perfide alliance

    Le coeur sur la main déclaraient allégeance!

    Sur ton chef veillaient bien des harpies féroces,

    Casse-tête planaient leurs cousins briseurs d'os,

    Mais de serre,ni de bec,aucun rapace

    Pourtant ne laissa sur ton aile une trace!

    Une prise de bec un matin de juillet,

    La plume d'un corbeau te fera expier.

    Nettoyeurs vous aurez toute latitude,

    Mettre au pilori en guise de prélude,

    Et chasser de votre air sans tambour ni clairon

    Le vilain empêcheur de tournoyer en rond !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :