• La face cachée. de la plume

    Non pas que je déteste la marche solitaire qui nous libère de bien des préoccupations et nous rend à nous même quand la distance sollicite un tant soit peu notre énergie vitale ,je le répète cet exercice jubilatoire devenu essentiel à maints penseurs peut m'être d'un grand secours pour diluer une peine ou simplement me calmer après un orage conjugal,mais la trace stérile pourtant pas faute d'essaimage , indifférente aux efforts prodigués fut-elle esthétique arabesque me laisse la gorge plus torturée et plus sèche qu'un oued inondé de photons.Le jeûne dans le désert qui propulsa un nazaréen vers une destinée même pas imaginée dans ses magiques régressions ne me révéla sous le soleil exactement, pas l'ombre d'une illusion.J'aurais aimé pourtant candide que j'étais, dans une course épique , comme un souffleur de vers faire gonfler les cœurs de pierre et briller les pupilles éteintes .

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :