• La grande débâcle .

    Relayés et partagés par bon nombre de journalistes, les propos du sieur Gilles Legendre, un bon petit soldat à l'uniforme impeccablement repassé, que le leimotiv du gouvernement ,jugulaire ,jugulaire ne semble pas étouffer,me ramènent tout naturellement aux petits coups de griffes presque puérils,mais tellement saignants d'un homme dénonçant à toute occasion la violence des manifestants à l'encontre des forces de l'ordre.Son discours serait mal compris car trop intellectuel .Non mais laissez-moi rire ,si ce type fait de la rhétorique ,moi je suis Nobel de littérature;car enfin entre les illettrées de chez Gad ,ceux qui déconnent ,et les réticents au moindre effort,la complexité du verbe,à défaut me chauffe les oreilles !Dieu merci ,pour m'en tenir à la simple expression,les français sont de grands lecteurs,ils ne se laissent pas leurrer par ces éléments de langage censés occulter une réalité souvent bien différente.Mais franchement j'en ai assez d'entendre toute une classe, pour ne pas dire une caste politico-médiatique subodorer dans les manifestations des giratoires un flux de sang impur,infesté selon un ministre par la peste brune.Et si l'occupation des ronds points était inconsciemment une réponse à une politique qui elle-même tourne en rond depuis des années ?Le printemps on le sait est la saison de la débâcle,je crains fort que le grand débat ne se résume à une Bérésina ;après avoir gelé toute alternative aux ordres,Jupiter pourrait à l'instar d'un illustre caporal être victime de son ambition.  


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :