• La mort en fond d'écran .

     

    Ha ha ha, que ne suis-je mort né !
    Mais construit de la mort, faucheuse impolie
    Qui me tient à jamais comme une âme boiteuse,
    Et m'oblige à refaire le chemin à l'envers ...
    Fouiller les cendres froides, imaginer le feu .
    Puis du feu aux ailes brisées ,
    Tombé bien avant d'être mûr,
    Icare qui fit un si grand soleil sur la chaussée luisante au pied d'un réverbère,
    Dans mes si minuscules veines d'enfant
    Faire bouillir le sang!
    Ah cette volée de bois vert ...
    Ô cher disparu, sur ta tombe ai juré.
    Voler de mes propres ailes , les deux pieds dans la lise ...
    Bien souvent j'ai voulu, louveteau solitaire
    Assis face à la lune ,me mettre sur orbite ,enfin quitter la terre .

     
     
     
     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :