• Movida.

    Tes mots ne seraient pas mes mots mais nos langues se parleraient dans le même baiser.Quand seraient dans ma bouche vivants comme ta langue,tournés et retournés tes mots belle étrangère et sur tes lèvres ,ourlés en accords charmeurs mes mots bien ordinaires,à nos coeurs devenus nécessaires,je serais ton Jules ,tu serais ma Leah Lee.

    Tu le sais bien les choses ,les mots de la vie s'apprennent au dehors.Tandis que les choses nous bousculent et nous précipitent,les mots tardent à s'y coller.Soit ces mots nous font peur car d'une autre cruauté aviveraient encore la cruelle réalité,soit leur registre nous échappe.Donner des mots consommables  à nos chagrins muets,nos craintes ou nos secrets.Verbaliser enfin ou masquer à jamais notre mal être derrière une prothèse de bonheur.Ah ces mots:impitoyables révélateurs.

     

    Descendant l'escalier qui plonge à la fontaine ,jaillissent sous mes pas ;la magie folle et tendre du fringant noisetier et la raison fragile du hêtre foudroyé.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :