• Tapis vert no 4.

    Depuis le mois de septembre de l'année passée  il a repris ce chemin délaissé à l'automne deux mille douze .Oh il ne lui a pas fallu beaucoup de temps pour retrouver ses marques,ses réflexes et ses  astuces,pas plus pour ressentir cette même culpabilité  qui finalement le rassure.Souffrir d'un vice ,formaliser son mal être dans le jeu ,ne serait-pas là une clause libératoire .Ha ha ha il lui faudrait donc payer pour des crimes dont il ne sait rien.Des crimes enfouis dans l'inconscient familial ...?Cet homme est un syndrome à lui tout seul .Capable d'analyser finement avec toute l'expérience acquise après maintes et maintes compulsations , il peut aussi bien se laisser aller à la magie d'un commentaire et se retrouver désemparé .Pourtant s'il en est un qui proscrit toute forme de croyance ,qui déteste le hasard et réfute à tout va depuis l'âge de raison,c'est bien lui .Tout homme a donc ses failles ,mais plus ou moins profondes,et il lui appartient  de les sonder,s'y perdre ,mais s'y perdre vraiment serait une délivrance ...L'inconscient ,cet ami qui vous veut du bien,!Celui-là qui vous alerte sans vraiment vous donner le message en clair. Celui qui vous tient à portée de fusil ,à double détente bien sûr:celle qui vous libère et celle qui vous blesse.Les analyses,les épanchements sur le divan,il les laisse à ces petits bourgeois pseudo-souffreteux qui en font plus un objet de représentation  sociale qu'une réelle thérapie .Il joue point !Il a tout connu ,les fameuses nuances de gris ,car il y a quoique l'on puisse en penser ,dans le jeu ,une dimension érotique,n'appelle t-on pas l'orgasme masculin la petite mort ! Oui il  a  connu la griserie,l'ivresse des sommets ,celle des profondeurs , les bouffées de chaleur,les douches écossaises. Il a  connu le pinacle,il a connu la poussière , les chants ,les pleurs.IL a connu le tapis rouge et les affres du tapis vert,quand tu tombes des nues,mort de rage .Fauché en pleine gloire ,vidé, ruiné,gorge sèche et estomac noué.IL  a connu la "baraka", le feeling chevillé au corps il était un demi-dieu, un fort des halles,pour tout dire un champion .IL a connu la solitude du coureur de fond,pas d'amis que des adversaires ,envié, jalousé et quelques fois maudit.IL en a connu des nuits blanches et des jours noirs ,tantôt prolixe et tantôt muet.IL a traversé le désert sans carte et sans boussole,il  connu les mirages pompeurs de tunes.IL a connu les champs de blé, le pain blanc,il  dirait même béni et les tartines gourmandes ,le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière.L'aventure,l'audace ou l'inconscience,la fébrilité ,la frénésie,c'était son quotidien,que lui importait l'orage ou la tempête de ciel bleu!La fraîche dans la main,il n'avait qu'une religion : le jeu!                                                                                                                                 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :