• Vraiment stupéfiant ,et même ahurissant .

    Sexe ,mensonges et vidéo,ce film de Steven Soderbergh date un peu ;et semble bien avant la prose du  "foutriquet" se faire comme la grenouille, aussi grosse que le bœuf.On connaît la suite ...La chère Léa Salamé nous sert un sémillant  Philippe Sollers.Quel régal! La lecture à voix haute d'un passage de "Soumission"ne l'émeut guère.Un doberman enfile une femme ,etc...Léa lui demande si cette évocation de la zoophilie le gêne.Il rétorque en souriant:"quand on a lu Sade"...

    Moi je rigole! Un jour lors d'une ballade à la campagne,par je ne sais quel hasard mon regard tomba sur un bouquin échoué sur le côté de la route.En le feuilletant je tombai sur un passage pour le moins sulfureux,digne du "Décaméron".Un homme  prenait une femme en levrette et la besognait énergiquement.Ce dont je me souviens forcément c'est qu'une princesse lui fourrait un doigt dans l'anus ,ce qui avait pour effet de le faire redoubler de vigueur.Mais le tableau s'enrichissait encore avec l'entrée d'un cocher qui las d'attendre s'était invité aux ébats ,et sans vergogne  se mettait à sodomiser notre jeune fornicateur .Ce qui me surpris le plus fut la signature :Gustave Flaubert!La littérature érotique et peut-être pornographique n'a pas attendu le petit maigre ...Ni pour exister,ni pour dénoncer .A écouter certains détracteurs il y aurait dans ses histoires une branlette tous les cinquante pages.Moi je dis que la branlette est chez cet homme une institution .Je crois qu'il s'est construit sur la masturbation ,et à en croire son succès il y aurait beaucoup d'adeptes.Alors foin du coït ?Il est vrai qu'il parle de la misère sexuelle de l'homme occidental.Mais bon dieu sauf à colporter des légendes urbaines ,comme celle de "bite d'or"et autre Farah suçant dans les caves plus que de raison(bien avant qu'elle ne prit le "voile"),je n'ai jamais misé sur la débauche de caresses,quelles soient ou non subtiles.Oh j'ai bien connu cette blonde sportive que je surpris en flagrant délit de fellation ,l'homme affalé sur le capot d'une "coccinelle"mais c'est purement anecdotique.Elle baisait à tous vents ;ainsi la retrouvais-dans la tente que je partageais avec un collègue de travail lors d'un chantier d'été,je n'étais hélas ce soir là qu'un lamentable ivrogne (et trop jeune) ...Le nantais lui fit donc son affaire!Trêve de nostalgie."La valse à l'envers"nous entraîne lecteurs incrédules dans une atmosphère interlope;des lords anglais au comble du raffinement,déguisés en soubrettes ,petit tablier et bas résille sur escarpins , se font sodomiser par des prostituées très bien outillées,des godemichets à ceinture éjaculant du lait tiède...Non le foutriquet n'invente rien.J'en ai lu des bizarreries!Comme cet homme ne pouvant assouvir ses besoins sexuels qu'en habillant ses partenaires d'une peau de vache,et pas celle de Georges Brassens .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :